Starchild

Scénario et dessin : James Owen

Un lieu indéterminé (l’Angleterre ? L’Amérique ?).

Une époque indéfinie (le 19ème siècle ?)

Le vallon de Fool’s Hollow, proche du village de Raveloe… C’est au coeur de la forêt recouvrant Fool’s Hollow que le tisserand Higgins a bâti un mur isolant une partie du bois avant de disparaître.
Puis ses fils Homer et Matthew sont venus le chercher suite à la découverte un peu trop fortuite de son journal. Homer disparut à son tour, obligeant Matthew a faire appel à son neveu Anders. Ce dernier arrive à son tour à Fool’s Hollow, accompagné de son camarade Sigfried.
Mais rien n’aurait pu préparer Anders aux mystères entourant sa famille et à l’atmosphère étrange qui imprègne Fool’s Hollow, pas plus qu’au fait d’attirer l’attention d’une autre famille avec qui il partage pourtant bien des points communs.
Deux clans s’affrontent désormais pour la possession de l’objet qui une fois par siècle donne à son possesseur un immense pouvoir… Jusqu’où seront-ils prêts à aller pour concrétiser leurs désirs les plus chers ?

Autour de l’intrigue principale gravite une galerie de personnages chamarés :
- Harrigan l’aubergiste
- Little Neil le conteur
- Martin Humble, le serveur
- Wayland Smith le forgeron
- Serbius, guerrier ninja (en tout cas c’est ce qu’il pense) au bonnet évocateur
- Murphy Fudd, truand en manque de vengeance venu tout droit de Carnal Town
- Rip Van Winkle l’écervelé
- les bibliothécaires Winken, Blinken et Nod
- Tatie Orgoch.

Etes-vous prêts à pénétrer dans l’ambiance unique de Starchild et partir à la découverte d’une œuvre complexe et semblable à nulle autre ?
Faites-nous confiance, vous ne le regretterez pas.

La Presse en parle :

Avec cet épais volume, Owen nous offre une lecture envoûtante, propice à la rêverie comme à la réflexion et qui marquera bien des amateurs de bande dessinée.
- L’Avis des Bulles

Avec Starchild, Kymera propose un des comics les plus littéraires de ces dernières années. Intégralement en noir et blanc, ce recueil massif présente une œuvre fantastiquement riche et originale.
4/5 – Bédéka

Starchild est une lecture exigeante mais riche. Ecriture raffinée, dessin splendide de minutie, trame à tiroirs et rebondissements : autant d’ingrédients qui font de ce titre un classique méconnu des comics, proche d’un Sandman.
9/10 – Krinein

Le graphisme extrêmement détaillé donne une impression de gravure sans sacrifier au dynamisme. Au fil des pages, on sent l’humidité pénétrante, le vent dans les feuillages, les odeurs de mousse et celles de bière au Harrigan’s Green.
Si vous aimez les vieux contes, ceux que l’on raconte au coin du feu à la campagne, alors calez-vous confortablement dans votre fauteuil préféré, mettez un peu de musique douce, et plongez-vous dans l’atmosphère envoûtante de Starchild.
- Khimaira

Ces illustrations tout en noir et blanc sont tout bonnement splendides, les planches sont d’une densité et d’une complexité incroyable. On ne peut que s’ébahir devant le travail minutieux qui a été réalisé ici. […]
Une oeuvre de fantasy vraiment incontournable mais qui demande un réel effort de lecture dut à sa relative complexité…
9/10 – Psychovision

Pages : 1 2 3 4 5 6