Zed

Scénario et dessin : Michel Gagné

Il est petit, il est mignon, et il a détruit une planète !!!

Lui c’est Zed, jeune gallossien surdoué qui a créé une machine capable de produire une énergie propre et quasiment inépuisable. Mais une démonstration tourne mal et c’est la catastrophe ! Zed doit maintenant comprendre ce qu’il s’est passé alors que le terrible général Maxuss et son armée le poursuivent à travers la galaxie !

Dessin faussement naïf, scènes cosmiques à la Kirby, aliens bizarres, décors insolites et grandioses, passages gores et critique de la société contemporaine, voilà le programme surprenant que réserve Zed !

La Presse en parle :

Zed est un petit ovni dans la production actuelle, en effet cet album semble balancer entre récit naïf pour les gamins et space opera plus dense, plus sombre. […] Encore une excellente découverte des éditions Kymera !
- Sceneario

Voici un véritable OVNI : un dessin mignon et tout rond, mais une histoire noire et assez dure. De la SF qui sort de l’ordinaire. […]Entre Luther Arkwright, Runners, Scarlet Traces et maintenant Zed, les éditions Kymera semble prendre une sérieuse option sur ce qui se fait de plus varié en SF du côté des comics.
- ActuaBD

« Zed est un titre peu banal, c’est le moins que l’on puisse dire. Dû à Michel Gagné (venu du monde de l’animation, en passant par Star Wars : Clone Wars ou Le Géant de Fer), il intègre la collection Classic des éditions Kymera avec un premier tome à la fois délirant et cruel, entre la bande dessinée pour enfants et le space opera apocalyptique. Déstabilisant. »
7/10 – Krinein

Sous des aspects naïfs voire infantiles, Zed se révèle souvent drôle, émouvant, trash ou critique. Un album très décalé dont on se délecte sans retenue.
- Crypt’O Goths

Le moins que l’on puisse dire, c’est que nous détenons ici une petite perle de science-fiction de la plus grande originalité. Au moyen d’une intrigue déconcertante de simplicité assortie d’un dessin extrêmement sobre, Michel Gagné parvient à concocter une mixture redoutablement efficace et qui, malgré le peu d’artifices graphiques et narratifs utilisés, se démarque immédiatement du lot et s’impose comme l’oeuvre d’anticipation la plus minimaliste et pourtant la plus esthétique de ces dernières semaines.
- L’Avis des Bulles

Pages : 1 2